L’introduction de Spenta Mainyu

L’introduction de Spenta Mainyu

Écrit par

Dr.Ali A.Jaffarey

Aussi longtemps que le simple Zoroastrien croyait en Dieu,Hormazd, et en son adversaire maléfique, Ahriman, aucune importance était atribuée à Spenta Mainyu. Les plus sages disaient qu’il s’agissait d’une appellation de Hormazd. Et bien avant eux, dans le bon vieux temps du Vendidad,Ahura Mazda le plus Spenta Mainyu, avait Anghra Mainyucomme adversaire. D’apres les Zurvanites, qui sont peut-être aussi anciens que les Achaemeniens au 6eme siecle avant JC, et aussi jeunes que les auteurs du Bundahishnetle Vichitakiha-i Zatsparam au 9eme siecle apres JC, le bien et le mal etaient les jumeaux Zurvan Akana, l’eternité. Donc le simple Zoroastrien suivait, plus ou moins, la tradition.

Mais avec la naissance des études Zoroastriennes, menée et encouragée par les intellectuels occidentaux, un changement eut lieu. L’étude des Gathas et de l’Avesta tardif a révélé que Spenta Mainyu referait à une entité. Et depuis, presque tous les Zoroastriens ainsi que ceux qui connaissent bien la religion sont devenu familiers avec le terme Spenta Mainyu. Parce que les Gathas et le Avesta tardif furent traduit en anglais et d’autres langues européennes, la plupart par des intellectuels de confession chrétienne qui avaient le concept de la trinité en tête, la signification du terme est devenue ‘saint esprit’. La notion générale en ce qui le concerne est qu’il a un adversaire,Anghra Mainyu, l’esprit du mal. Les deux sont dans un combat éternel, et la victoire appartiendra finalement, bien entendu, au saint esprit.

Définition?

D’apres un grand nombre de philologues, le mot spenta est dérivé d’une racine Avestique/Sanskrit spi/svi‘, voulant dire ‘rependre’, ‘augmenter’. Beaucoup donc, utilisent la définition de ‘incrémental’. La version Pahlavi de afzunik, qui signifie ‘augmenter’, confirme cette traduction. Ceci est encore une fois confirmé par d’autres mots mahattama (le plus grand), gurutama (le plus important), et en particulier,vriddhi (augmenter, en Sanskrit) et afzuni en Persan. D’autres érudits préfèrent lier le mot à spit/svit ce qui signifie être brillant, être blanc, ce qui a un rapport avec la sainteté. La traduction de la plupart de ces intellectuels varient entre bénéfique, bienfaisant, généreux, bon, vertueux, incrémental, saint. Chaque intellectuel a ses raisons pour sa traduction personnelle. Mais bien que les intellectuels ont leurs divergences, le simple terme ‘saint’ est généralement utilisé pour traduire le mot. D’ailleurs, de nombreux Iraniens qui préfèrent purger la langue persane de toute influence arabe, ont remplacé le mot moghaddasavec le mot sepanta! ‘saint’ est en vogue, autant pour les intellectuels que pour les laics.

J’accepte la définition traditionnelle pour des raisons philologiques et contextuelles. Je le traduirai comme ‘progressif, promouvoir, avancer, promoteur’. Comme nous allons le voir, cela reflète mieux l’esprit Gathique. Les Gathas prônent énergétiquement le progrès et l’avancement.

A ma connaissance, mainyu derivé par de nombreux chercheurs du mot man, signifiant ‘penser, contempler, méditer’. Bien que beaucoup savent que yu est un suffixe instrumental, personne n’a pensé à le traduire comme ‘un instrument, une manière, une façon de penser’ donc, ‘l’esprit, la mentalité’. Certains endroits dans les Gathas montrent que mainyu et manah sont interchangeables (Y33.6, Y34.2). Les langues pahlavi et persane ne nous aident guère, car ils utilisent les mots menok et minu sauf dans certains cas lorsque le terme menishn, penser,est utilisé. Mais on peut dire que sa connexion avec ‘esprit’ et ‘mental’ a été perçue. Les versions Sanskrits de adrsyah,paralokih, ou même manasah (mental), ainsi que d’autres synonymes pointent vers une entité ‘invisible et extérieure’. Quelles que soit les vieilles traductions, les intellectuels et les chercheurs ont adoptés le terme ‘esprit’, car cela va bien avec leur interprétation du combat éternel entre les deux jumeaux. Cette traduction les arrangent. L’utilisation d’un autre mot pourrait changer dramatiquement leur théorie dualiste.

Nombreux sont ceux qui représentent Ahura Mazda commeSpenta Mainyu ce qui élève donc le rang de Anghra Mainyuafin qu’il soit considéré comme un adversaire au Dieu du bien, et qui permettent à beaucoup de continuer à écrire sur le combat éternel entre les deux forces. Par conséquent, les Zoroastriens sont generalement considerés comme ceux qui croient au dualisme.

Comme il a déjà été mentionné, il y eut un temps ou les Zoroastriens croyaient en cette théologie dualiste. LeVendidad ainsi que les textes écris par (ou attribués aux) Sassanides, nous le confirment. Une nouvelle interpratation des Gathas et de l’Avesta a changé l’opinion de nombreux chercheurs et intellectuels. Mais il y a actuellement une récession, car une nouvelle classe d’intellectuels et d’académiques Zoroastriens ont tendance à prôner l’opinion dualiste de l’Avesta, et la théorie dualiste de Ahura Mazdaet de Son adversaire refont une émergence dans certains milieux.

Image gathique

Les Gathas présentent une signification complétement différente: Le terme Spenta Mainyu a été employé quinze fois dans les Gathas (Y28.1, Y33.12, Y43.2, 3, 6, 16, Y44.7, Y45.6, Y47.1-6, Y51.7) et deux fois dans le Haptanhaiti(Y36.1-2), un texte plus tardif composé en dialecte gathique par un contemporain de Zarathushtra. Dans ces ecrits, il y a aucune mention de quelconque adversaire de Dieu, ou de quelconque bataille, guerre ou combat entre les soi-disant forces du bien et du mal dans le niveau divin. Les Gathas ne mentionnent jamais anghra mainyu. En d’autres mots,anghra mainyu n’existe pas en tant que mot composé, ou terme formalisé, dans aucun des textes dans le dialecte gathique– ni dans les cinq Gathas (composés par Zarathushtra), ni dans le Sarosh Hadokht (Y56), Fshusho Manthra (Y58), Fravarti (Y11.17 à Y13.3) ou le Yenghe HataamLe dualisme du ‘Bien et du Mal’, très dramatisé dans l’Avesta plus tardif, n’est en aucun cas lié au divinSpenta Mainyu. Ce dualisme est un sujet différent qui traite du comportement humain dans ce monde terrestre et n’a rien a voir avec cette article.

Faculté subtile

Il faut d’abord que l’on sache où se trouvent les termesspenta, mainyu, spenta mainyu, ainsi que les mots qui leurs sont liés, dans les Gathas.

Spenta (isolé) Y29.7, Y34.2, Y43.3-5, 7, 9, 11, 13, 15, Y44.2, Y45.11, Y46.9, Y47.3-4, Y48.3, 7, Y51.16, 21.
Mainyu (isolé) Y30.3-5, Y31.3, 7, 12, 21, Y33.9, Y44.2, Y45.2, Y53.7.
Spenta Mainyu Y43.6, Y44.7, Y45.6, Y47.1, 5, 6.
Spenishta Mainyu Y33.12, Y43.2, Y51.7.
Mainyu Vohu Y34.2.
Mainyu Spenta Y28.1.
Mainyu Spenishta Y30.5, Y43.16.
Manyu Y28.11, Y31.9, Y32.9, Y44.11, Y45.8.
Manyu Vahishta Y33.6
Manyu Spenishta Y47.2

Tout ceci concerne Dieu, l’homme, les deux, et parfoisarmaiti (la sérénité). Mais, comme il a déjà été mentionné,Spenta Mainyu est lié soit directement ou indirectement à Dieu. Une chose qui évidente est que Ahura Mazda est le créateur/parent de Vohu Manah (la bonne pensée), Asha (la vertu), Khshathra (la dominion) et Armaiti (la sérénité) et accorde Haurvatat (la plénitude) et Ameretat (l’immortalité) à la personne qui observe strictement ces principes, Spenta Mainyu et Atar (le feu) appartient à Ahura Mazda. Ils sont si abstrait et subtiles qu’ils ne n’agissent pas d’entités séparés à être établis ou crées. Il s’agit en fait de deux facultés divines: penser et illuminer.

Si l’on prend chacun de ces termes un par un, tout en considérant les versets qui vont avec ainsi que son chant, on réalise que les Gathas dé-pictent Spenta Mainyu en tant que subtile et divine faculté de la création continue, et du plan d’expansion de Ahura Mazda. Dans sa quête de la vérité, Zarathushtra, découvre qu’il s’agit de l’aspect Spenta Mainyu du divin qui a façonné le monde qui apporte la joie (Y47.3). Surtout, c’etait à travers Spenishta Mainyu que Dieu ‘créa la merveilleuse sagesse de la bonne pensée comme voie vers la vertu’ (43.2, traduction de Jaffarey). D’ailleurs, la quête entière amène Zarathushtra à réaliser que Dieu n’est pas simplement spenta mais aussi spenishta le plus progressif (Y43.4, 5, 7, 9, 11, 13, 15). Cela lui a permit de réaliser son propre soi (Y43.7) et de savoir que la raison pour acquérir ce savoir faisait partie de sa quête de la vertu (Y43.9).

La mentalité progressive joue un rôle vital dans le progrès humain. Quelqu’un peut être une personne modeste, ou une personne puissante, mais si cette personne est vertueuse, elle sera promise la meilleure récompense (Y47.4-5). Dieu accorde ‘le bien aux deux sortes, à travers la mentalité progressive grâce au feu (l’illumination) car avec la croissance de la sérénité et de la vertu, elle convertira un grand nombre de personnes en quête de vérité’ (Y47.6, traduction de Jaffarey). ‘Celui qui reçoit le meilleur de la part de la mentalité progressive, est celui qui prononce des mots inspirés par la bonne parole avec sa langue, et qui, avec ses propres mains, commet des actions de sérénité’ (Y47.2, traduction de Jaffarey). La plénitude et l’immortalité sont ‘les objectifs rafraichissants et splendides atteints à travers le meilleur esprit’ (Y33.8-9, traduction de Jaffarey). ‘Celui dont l’esprit est en accord avec la vertu est une personne progressive’ (Y34.2). ‘La personne qui cherche la meilleure vie et qui atteint la prospérité à travers la vertu est un grand promoteur et un trésor pour tous’ (Y44.2, traduction de Jaffarey). ‘Celui qui connait les enseignements divins est une personne progressive et sage tout comme le Seigneur Sage’ (Y48.3, traduction de Jaffarey). Une personne progressive prône l’abandon de la violence et le contrôle de soi, et souhaite renforcer la promotion des actions de la bonne mentalité (Y48.7).

C’est pour cette raison que Zarathushtra aussi ‘choisit pour lui-même Spenishta Mainyu, la mentalité la plus progressive de Dieu, afin qu’une vie nouvelle soit donnée au corps, que la sérénité règne à travers la dominion divine’ (Y43.16), et la plénitude et l’immortalité soient atteints (Y47.1). C’est la mentalité progressive qui sépare les deux catégories d’êtres humains sur terre– les vertueux qui améliorent le monde et les pêcheurs qui empechent le progrès dans le monde (Y47.5). Il s’agit encore de la mentalité progressive qui ‘illumine’ les pêcheurs et les encouragent à chercher la vérité et devenir vertueux (Y48.7).

Cette illumination s’appelle le feu, symbole de lumière, de la chaleur et de l’énergie d’après les Gathas (Y46.7) etHaptanhaiti (Y36.1, 3). Il s’agit de cette lumière, de cette chaleur, et de cette énergie que Zarathushtra prie à Dieu d’accorder à l’humanité. Il chante:

De plus, que la meilleure des bénédictions soit accordée à la personne qui bénit les autres. O Sage, que son savoir augmente pendant sa longue vie heureuse à travers Ta mentalité progressive, la mentalité avec laquelle Tu as crée la magnifique sagesse de la bonne pensée grâce à la vertu’. 
(Y43.2, traduction de Jaffarey).

Asho Zarathushtra souhaite que chaque être humain aient des qualités divines, qu’ils choisissent Spenta Mainyu, la lumière qui accorde l’illumination, la chaleur revigorante, l’énergie revitalisante, donc l’intuition d’être créatif, promoteur, et progressif dans notre monde qui rend heureux. Spenta Mainyu est, nous disent les Gathas, l’inspiration qui nous guide, l’intuition qui nous illumine, la promotion constructive dans nos vies de bonté. C’est la lumière divine qui se trouve dans chacun d’entre nous. Il faut que nous puissions la maintenir afin de la rendre encore plus brillante. Nous devons, comme Asho Zarathushtra, faire le choix de Spenta Mainyu afin que notre mission soit de propager manthra (le message divin du manthran, Zarahtushtra) et de la maintenir dans la dominion ensoleillée de Dieu! Rejoignons-le dans une prière de méditation des Gathas:

Sage Seigneur, augmente en moi-même, accorde moi le courage à travers la sérénité, une offrande de prières à travers la plus progressive mentalité, pleine de vigueur à travers la vertu et de félicité à travers le bon esprit. Pour m’aider, O Seigneur omniscient, accorde moi la force de Ta souveraineté, les bénédictions du bon esprit. Montre moi à travers la sérénité progressive, les concepts de vertu.
En tant que dédicace, moi Zarathushtra offre au Seigneur sage toute ma vie, et les fruits de mes bonnes pensées, mes bonnes paroles et mes bonnes actions atteints à travers la vertu, en prêtant oreille à la voix divine. En fait, toute ma force.’
(Y33.12-14, traduction de Jaffarey).

 

 Source

 

 

Traduction de l’anglais au français par

Dorian Gordon Bates

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: